Publié par Laisser un commentaire

LES 10 MOYENS DE DECROCHER UN FINANCEMENT POUR VOTRE START-UP

4 (80%) 1 vote[s]

Le financement est stratégique et indispensable dans une start-up. En un mot, c’est le carburant qui fait tourner le moteur de votre business.

On dit souvent que l’argent « c’est le nerf de la guerre », ceci est parfaitement vrai. Sans financement, votre entreprise s’arrête net. Ainsi l’argent peut servir à plusieurs choses et son usage n’est pas sans importance. Par conséquent voici les 3 manières possibles pour utiliser un capital dans une start-up.

  1. L’INVESTISSEMENT POUR FAIRE VIVRE L’ENTREPRISE

C’est l’argent qui permet d’assurer les charges courantes de l’entreprise (les couts fixes et les couts variables]. Il permet de payer les salaires, le matériel, les fournitures etc… Sans cela, l’entreprise ne se lancera pas ou elle s’arrêtera.  Il est judicieux d’avoir une vision macro de votre entreprise de couts mensuels (par exemple : employé, local) sans oublié les couts indirects ou cachés (ex : le transport, téléphone, taxes et ou impôts). En général on ne prend en compte que les couts réguliers mensuels, sans prendre en compte les dépenses administratives, qui peuvent souvent être important. Pour ce faire, il vous suffit d’avoir un simple fichier Excel avec vos recettes/dépenses, plus votre compte bancaire. Au fur et à mesure que votre entreprise grandit un logiciel ou un expert-comptable pourra vous aider à structurer votre suivi de trésorerie. L’objectif principal est de savoir combien de temps pouvez-vous tenir avec votre fond actuel, et comment procéder pour augmenter ce capital (des premiers clients, des prestations…)

Dans toute entreprise, particulièrement une start-up, il savoir être radin, mais aussi investir l’argent efficacement ou il sera le plus rentable. En effet, il faut dépenser de l’argent pour avoir un bon retour sur investissement, car le faible cout, ou tout faire en interne vous-même, n’est toujours pas idéale ! Un expert un freelance avec son point de vue, son expertise peut vous faire gagner du temps et in fine de l’argent !

  • L’INVESTISSEMENT POUR BOOSTER LA CROISSANCE

En règle générale, vous disposez de ce capital lorsque votre business model et sa rentabilité ont fait leurs preuves, et que vous avez déjà soit une bonne rentabilité, soit que votre business model est mur pour être modéliser. Souvent ce capital est primordial pour s’implanter à l’international, prendre plus d’envergure, recruter pour structurer son business, ou même racheter des concurrents.

En plus cet argent vous permet d’aller plus rapidement pour conquérir un marché national ou même mondial, avant qu’une autre Start up ne vous prenne votre idée ou votre stratégie. Par exemple acquérir un concurrent sur un marché proche.

  • L’INVESTISSEMENT POUR LES DECISIONS STRATEGIQUES

C’est un capital épargné, qui ne sert pas pour les charges opérationnelles de l’entreprise. Cet argent peut être mis de coté par les fondateurs, mais en réalité ceci est très rare. Ce sont souvent les investisseurs qui sont à l’origine de cet investissement exceptionnel.

Notez que les majeures parties des entreprises ne disposeront jamais de cet investissement. Car, en réalité il s’agit d’un fond qui n’est ni nécessaire pour la croissance de votre Start up, ni pour l’opérationnel. En effet, c’est une réserve d’argent pour marquer un gros point, c’est le cas généralement ou tout le monde veut investir dans votre Start up. Par exemple le cas de Facebook, Twitter etc…

Ce fond sera utilisé soit pour investir dans un nouveau produit, soit pour absorber une entreprise concurrente. Comme exemple, le rachat de Instagram, et Snapchat par le mastodonte Facebook.

  • LES 10 DIFFERENTS TYPES D’INVESTISSEURS POUR VOTRE START UP :
  • L’épargne des fondateurs de la Start up

Généralement ce capital vient de plusieurs années de travaille en tant que salarié dans une structure. Ou il peut être financé indirectement à travers les subventions des structures pour la promotion de l’emploi des jeunes, qui permettent de travailler sur votre projet à temps plein. En effet, il est très compliqué de travailler à temps partiel sur une Start up, si vous voulez vraiment sa réussite. Ainsi, cela demande trop d’efforts, de rapidité et de persévérance pour obtenir un bon résultat, souvent celle-ci est gérée le soir ou le week-end. A un moment donné, vous serez contraint de changer de cap, vous associer, ou même renoncer à votre projet.

Retenez que, si vous avez déjà un bon job avec un bon salaire, se lancer dans la création d’une Start up est un  gros risque financier. Du coup, en travaillant comme salarié votre revenu est quasi certain, stable et prédictible dans les prochaines années à venir (sauf si vous tomber au chômage). Par contre, si vous démissionnez pour monter une Start up, vous allez devoir récupérer dans les années à venir beaucoup d’argent et d’expérience, pour rentabiliser ces années consacrées au lancement de votre Start up avec un moindre salaire. Donc, si votre projet ne marche pas comme prévu, alors il sera difficile de sortir le nez du guidon, de rattraper le retard de revenus à moins de recréer une nouvelle autre Start up plus rentable !           

Ceci démontre pourquoi la plupart des créateurs de Start up ne sont pas souvent des cadres de grandes entreprises ou des pères de familles, vu le risque de déstabilisation financière trop grand.

La fondation d’une Start up comprend généralement deux étapes : premièrement  le fondateur initial qui a eu l’idée, qui est rejoint plus tard par un cofondateur ou par la création d’une équipe de cofondateurs.

Notez bien : que le fondateur doit avoir une vision globale de sa Start up, pas seulement une vague d’idée. Il doit, en effet démontrer pourquoi sa Start up est différente de celles des autres et comment il va sortir de l’eau pour être reconnu dans son domaine, parmi ses concurrents. Votre vision est différente de votre mission. Le premier est une ambition, et le second est la résolution d’un problème. La mission, c’est votre objectif, c’est ce que vous voulez faire ; ce sont des objectifs à court, moyen et long terme. La vision quant à elle, ce sont des évolutions des besoins des clients sur lesquels méditer ; elle comprend les voies et moyens qui permettront à l’entreprise de prospérer.

Retenez que, en règle générale le fondateur initial est rejoint successivement et rapidement par un deuxième fondateur qui accepte de faire partie du projet. Il est fondamental au départ d’être au moins deux parties pour une Start up, car un fondateur singulier n’a en réalité aucune chance de réussir seul, ou d’avoir un plus grand impact. Quand j’ai commencé en tant qu’entrepreneur, je voulais faire tout moi-même, et détenir à 100% le capital de ma Start up. Mais, j’ai vite abandonné cette idée à cause des multiples obstacles qui se sont dressés sur mon chemin. Du coup, en partageant mon idée et en communiquant sur mon projet, j’ai été rapidement rejoint par un deuxième fondateur qui a cru à mon idée, et c’est d’ailleurs à cause de cette association que ma Start up a rapidement été lancée.

Cependant, attention à définir au préalable qui sera majoritaire, en effet, en cas  d’éventuel litige vous pourriez le regretter extrêmement cher. Par exemple : dans une SARL ; le gérant majoritaire est le seule maitre à bord, en cas de litige, s’il ne souhaite plus que vous regardiez les comptes de l’entreprise, c’est fini vous avez perdu toute contrôle sur votre business ! Et tel est souvent le cas.

En fin, dans une Start up il faut toujours une équipe solide et soudée, et que tout le monde se sente important, un peu comme le « boss ».

  • L’autofinancement

C’est en générale l’argent dégagé par votre entreprise, que vous prenez pour faire certain investissement dans l’entreprise, ou par le biais d’un business ou même d’un job que vous pouvez faire parallèlement. Par exemple : vous montez une Start up et à coté vous vendez un peu de service en mettant en avant l’expertise lié à votre domaine d’entreprise ; ou encore vous pouvez travailler en tant que salarié en temps partiel dans une grande entreprise. Du coup, vous autofinancez votre entreprise.

Retenez qu’il est aussi possible de trouver un gros client pour lui vendre votre solution (en prototype, ou en beta test), avant de l’offrir au plus grand nombre.

  • Le crowfunding ou le financement participatif

C’est un financement participatif, mais en réalité le crowfunding est plus de la communication sur votre projet qu’un véritable financement (sauf si vous arrivez par exception à collecter beaucoup d’argent  avec un produit  très innovant, ou un produit qui fait rêver !). C’est un modèle de financement très intéressant puisse qu’elle est basé sur le  « coup de cœur » des personnes qui vont probablement injecter de l’argent dans votre Start up. Du coup, il vous aidera pour valider un concept, ou pour sortir un prototype. Ainsi, vous pouvez soumettre votre projet en financement et voir la réaction des gens.

Mais c’est généralement très rare comme source principale de la création d’une Start up, à moins d’avoir un produit de grande consommation  qui marche bien en achat « coup de cœur ».

Notez bien que : vous pouvez vous rendre sur des plateformes de crowfunding comme : Kick starter, Kiss Kiss Bank Bank pour lever un fond pour votre Start up.

  • La love money ou l’argent des proches (famille, amis, etc.)

C’est un capital qui est facile à obtenir, surtout si vous êtes passionné par votre projet, votre trouverez forcément des proches qui voudrons bien financer votre projet. Mais, lorsque votre projet se révèle être un échec, la perte de cet argent peut être inconfortable et délicate. Par conséquent, dites à toutes les personnes qui vont vous financer que lorsqu’ils vont vous faire un chèque, ou même vous remettre du cash, que leur argent est perdu. Ils doivent considérer cet argent comme jouer à la loterie ou au PMU, cet argent est comme « jeter par la fenêtre », et il doit être considéré comme tel.

Si jamais vous ne faites pas cette démarche de clarification et d’honnêteté dès le départ, votre famille ou ami pensera que peut être qu’ils feront un bon investissement ; parce que, une(1) entreprise sur deux(2) ferme au bout de cinq (5) ans. Du coup, sans partir défaitiste, il faut leur dire qu’il y a 50% de change qu’ils ne revoient plus leur argent ! Ceci vous apaisera d’ailleurs l’esprit.

Lorsque j’ai moi-même lancé ma Start up, j’ai bénéficié de la love money d’une tante qui a cru à mon idée ; et en même temps, elle a voulu m’aider. D’ailleurs c’est cet argent qui m’a permis de faire du marketing après le lancement de ma Start up. Pour autant, soyez vraiment très clair la dessus, et dites le sans ambages qu’il ne s’agit pas d’un investissement, mais d’un « don » ou d’une aide qu’ils vous donnent.

La love money n’est pas un prêt, ni un investissement sans risque. Il faut que vous leur disiez clairement cela, qu’ils ne doivent pas avoir besoin de cet argent ni à court, ni à moyen terme. Ainsi, devant ces aléas, il vaut mieux que vos proches diminuent ce « don » pour maintenir vos futures relations en harmonies.

Notez bien : s’il arrive que cela soit votre famille ou vos amis qui vous financent en premier, évitez quand même de leur donner trop de part ou pire encore des droits de vote dans votre entreprise. Faites leur signer simplement une convention réalisée par un avocat, ou même un acte sous seing privé leur notifiant qu’ils n’ont pas de droit de regard dans la gestion de votre entreprise. Retenez que la love money doit être considérée comme un « don », rien de plus.

  • Les aides des organismes étatiques, des ONG, et des associations

Ce sont généralement des subventions, des prêts d’honneur, des petits financements, des services d’aide à la création initiale d’entreprise, et d’octroi de prêts indirect qui vienne compléter un financement.

Retenez que ces organismes ne sont pas là pour financer la création ou le développement d’une entreprise, mais uniquement pour l’accompagner, le compléter ou être un « bonus ». Par exemple : l’APEJ, l’ANPE pour les sans emploi, et ou le PROCEJ pour les jeunes entrepreneurs.

  • Les investisseurs financiers

Ce sont généralement des personnes fortunées, et qui veulent réduire leur impôt sur la fortune en faisant des placements dans des Start up. Ces genres d’investisseurs ont pour objectif une défiscalisation, et non pas vraiment pour faire réussir un projet de Start up. Donc, soyez prudent quant aux éventuels droits de vote que vous allez leur accorder. Puisse qu’en réalité, ce qu’ils veulent c’est une diminution fiscale ou d’impôt avec souvent des conditions particulières. Par conséquent, voyez bien si c’est compatible avec votre stratégie financière, voire la gestion globale de votre Start up !

  • Les nouveaux cofondateurs ou salariés fondateurs

Ce sont des personnes, qui généralement n’apportent pas de numéraire (argent) mais de l’industrie (travail) souvent avec un salaire moins élevé que le marché, et ou avec un investissement temps plus long. Ainsi, il serait judicieux de les motiver en leur donnant des parts dans votre Start up, afin de les galvaniser à s’investir d’avantage dans votre Start up, et les responsabiliser sur le futur de celle-ci.

Retenez que cette stratégie permet surtout de fidéliser les salariés stratégiques et dévoués de l’entreprise, ou attirer des profils plus techniques.

  • Les Business Angels

Ce sont des investisseurs qui vous offrent en général de l’argent plus des compétences. En effet, argent et accompagnement (réseaux, conseils, marchés) doivent normalement être combinés pour plus d’impact. Parce que, offrir seulement du conseil en échange d’action ne convient que si la personne est prête à s’investir fortement dans votre Start up. Et sachez que, ceci ne convient que pour certaines formes juridiques d’entreprise.

Nous constatons souvent des consultants proposer leur service de consulting et ouvrir leur carnet d’adresses en contrepartie de quelques parts de l’entreprise. Mais souvent, après des débuts prometteurs, ce consultant repart gérer son business, du coup, vous ne serez plus une priorité pour lui. Par conséquent, mieux vaut établir un contrat de travail à effectuer assortit des heures de travail.

Pour plus d’impact un business angel doit vous accorder beaucoup d’heures de travail par semaine pour obtenir des résultats concrets. Car il ne sera pas forcement très motivé s’il n’a pas un espoir évident de gagner beaucoup d’argent avec votre Start up.

Retenez que, votre business angel sera aussi indirectement l’image de votre entreprise, vérifiez attentivement qu’il jouit d’une bonne réputation, sinon la vôtre pourra en pâtir.

  • Les banques et établissements financiers

Il y a un adage qui dit que « les banques ne prêtent qu’aux riches », et ceci est malheureusement vrai. En réalité une banque n’est pas là pour prêter à des gens qui ne sont pas solvables ou qui ne pourront pas rembourser. Ainsi, aucune banque ne vous prêtera d’argent si vous n’êtes pas rentable, à moins de mettre en garantie un objet de valeur, ou une partie de votre patrimoine.

Retenez que, c’est seulement si vous avez de la rentabilité et bien sûr de la trésorerie, qu’une banque vous prête de l’argent, sinon vous pouvez continuer à rêver !

  1. Les investisseurs

Ce sont des personnes qui investissent dans votre Start up dans un objectif bien détermine. Et ceci est d’avoir une rentabilité financière supérieure à la moyenne des investissements sur les marchés financiers. C’est généralement un fonds d’investissement ou des investisseurs privés, et leur objectif n’est pas de développer votre Start up ou de faire du chiffre d’affaire, mais de la valoriser un maximum pour le risque financier pris. Ce qui est contraire à la volonté des fondateurs des Start up, et ceci explique d’ailleurs la rareté de ces investisseurs.

Notez bien : pour vos éventuels levés de fonds faites appel à un leveur connu et sérieux, et en qui vous avez confiance. Parce que, il sera l’image de votre Start up auprès des fonds d’investissements, et des business angels…

  • Conclusion sur le financement

Le financement reste le souci numéro 1 quand il s’agit de créer ou de développer une Start up. Car sans financement votre projet de création d’entreprise ne verra peut-être jamais le jour. Cependant faites attention à ne pas demander de l’argent trop tôt. Car cela peut être mal investi, et du coup, influencer votre stratégie voire vos décisions financières antérieurs.

Par exemple : évitez de prendre de la love money au lancement, attendez plutôt que l’entreprise fasse ses premiers pas, ou qu’elle commence à tourner. Ainsi vos proches auront plus de confiance à investir dans une Start up qui marche bien, que dans une Start up incertaine.

En général, et suite à ma propre expérience, lorsque vous démarrez votre projet tout le monde va vous éviter, par contre dès que vous aurez vos tous premiers clients, vos communiqués de presse, vous allez soudainement avoir à nouveau des nouvelles et des soutiens de vos proches ou de vos contacts. Ce fait est aussi valable pour les investisseurs (en dehors de la love money et du crowfunding voire des banques si vous avez des garanties) aucun d’entre eux n’investiront dans votre Start up avant d’avoir vu quelques chiffres sur la rentabilité de votre Start up.

A noter que : si vous décrochez un financement, continuez à être très prudent dans les investissements, surtout en personnel, car dans une Start up tout le monde doit être à 100% de charge de travail.

In fine, retenez qu’il vaut mieux avoir 10% de 1 million de francs, que 100% de 0 francs. Par conséquent, sachez prendre les bonnes décisions au bon moment avec une vision à long terme. Et comprenez que parfois, vous devez accepter de céder des parts de votre entreprise pour assurer la croissance de votre Start up, et s’entourer des fois des personnes plus compétentes pour gérer votre entreprise !

Share Button
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *