Posted on Laisser un commentaire

CEUX QUI COMMENCENT ICI CHANGENT LE MONDE

5 (100%) 1 vote

Dans cet article, je partage avec vous les dix (10) e du Navy Seal William H. McRaven.
Que vous soyez à la quête de motivation, de conseil, ou même de méthode pour réussir, l’expérience de cet ancien commandant américain des opérations spéciales, vous sera certainement bénéfique.
Lors d’un discours de remise de diplôme de plus de 8.000 étudiants d’une université américaine, précisément l’université du Texas, dont le slogan est : « ceux qui commencent ici, changent le monde » ; d’où le titre de cet article.

Dans ce discours, il dit que d’après l’analyse d’un site d’enquête, ask.com ; l’américain moyen rencontre au cours de sa vie 10.000 personnes, et c’est beaucoup de gens. Mais, si chacun de ces 8.000 personnes, pouvait changer juste la vie de 10 autres personnes, et si chacune de ces 10 personnes pouvait changer la vie à leur tour de 10 autres personnes, et ainsi de suite. Et que d’ici 5 générations, dans 125 années. La promotion de cette année ci, aura changé la vie de 800 millions de personnes ; plus du double de la population des Etats Unis. Ajoutez encore une génération à ça, et vous pouvez changer la totalité de la population mondiale, 8 milliards de personnes. Donc, ceux qui commencent ici peuvent en effet changer le monde, n’importe qui peut le changer d’ailleurs, mais la question est : A quoi ressemblera le monde, après que vous l’aurez changé ? Du coup, je vous donne les dix (10) règles du Navy Seal William McRaven, à intégrer dans vos vies pour avoir le plus gros impact possible sur votre entourage, sur vous-même, et changé le monde.

le monde

 1ère Règle : COMMENCEZ PAR FAIRE VOTRE LIT

Si vous voulez changer le monde commencez par faire votre lit. Dans cette règle le Navy Seal nous raconte que pendant l’entrainement de base Navy Seal, chaque matin quand les instructeurs arrivent dans les dortoirs, la première chose qu’ils font c’est d’inspecter les lits, et si c’est fait correctement les coins seront carré, les couvertures bien étendues, l’oreiller centré juste en dessous de la tête du lit, et la petite couverture additionnelle serait plier parfaitement au pied du lit. C’était une simple tache, banale au mieux, mais chaque matin, nous avons l’obligation de faire notre lit à la perfection. Ça semble un petit peu ridicule à ce moment pour des gens qui aspire à devenir des vrais guerriers, des seals endurcis au combat.

Mais la sagesse de cette simple action m’a été prouvée de nombreuses fois. Donc si vous faites votre lit tous les matins, vous aurez accompli la première tâche de la journée, et ça vous donnera un petit sentiment de fierté, et ça vous encourage à faire une autre tâche, et une autre etc. et d’ici la fin de la journée, l’accomplissement de cette tache terminée, se transformera en de nombreuses taches terminées. Faire votre lit signifie également que les petites choses comptent, si vous n’êtes pas capable de faire les petites choses correctement, vous ne serez jamais capable de faire les grandes choses correctement. Et si par manque de chance vous passez une mauvaise journée, vous rentrerez chez vous et le lit sera fait ; vous l’aurez fait. Et un lit fait est un encouragement qui vous informe que demain sera un jour meilleur. Du coup, si vous voulez changer le monde, encore une fois, commencez par faire votre lit. Personnellement, depuis que j’ai découvert cette règle, il y a environs une année ; je fais régulièrement mon lit à chaque réveil le matin, et ce partout, où que je sois, même dans une chambre d’hôtel.

2e Règle : TROUVEZ QUELQU’UN POUR VOUS AIDER A RAMER             

Dans cette deuxième règle il dit que, pendant l’entrainement Navy Seals, les élèves sont divisés à plusieurs petites équipages, chaque équipage contient 7 élèves, 3 élèves de chaque côté d’un petit bateau pneumatique et 1 barreur pour guider le canot. Tous les jours, les équipages se forment sur la plage, et reçoivent l’instruction d’aller à la zone de vague qui se trouve à plusieurs kilomètres sur la rive. En hiver les vagues de San Diego peuvent atteindre 2 à 3 mètres de haut, et c’est extrêmement difficile de pagayer à travers les vagues plongeantes ; à part si tout le monde pagayer. Chaque pagaie doit être synchronisée avec le compteur du barreur, tout le monde doit exercer la même force et le même effort, ou sinon le bateau tournera et sera jeter sur la plage. Pour que le bateau atteigne sa destination, tout le monde doit ramer.

Vous ne pouvez pas changer le monde seul, vous avez besoin d’aide, et pour réellement arriver de votre point de départ, à votre destination, vous avez besoin de vos amis, de votre famille, collègues, la bonne volonté d’étranger, et un bon barreur pour vous guider. Donpc, si vous voulez changer le monde, trouvez quelqu’un pour vous aider à ramer. Personnellement, quand je me suis lancé dans l’entrepreneuriat, je faisais tous moi seul, mais quelques moments après, j’ai compris que si je veux avoir un réel impact dans mes entreprises, dans le monde, je dois absolument trouver des gens, des associés qui pourrons m’aider. Comme dit le dicton « seul on va plus vite, ensemble on va plus loin », vous devez retenir ceci.

3e Règle : EVALUEZ UNE PERSONNE PAR LA TAILLE DE SON CŒUR

Après quelques semaines d’entrainement difficile, ma classe qui comptait 150 hommes, n’en contenait maintenant plus que 42. Il n’y avait donc plus que 6 bateaux avec 7 hommes sur chaque bateau. J’étais sur le bateau avec les gars les plus grands, mais le meilleur équipage que nous avions était celui avec les plus petit gars ; on les appelle l’équipe des « monsquines », aucun d’entre eux ne faisait plus de 1m, 50. L’équipe des monsquines contenait un indien-américain, un afro-américain, un gréco-américain, un polonais-américain, et deux jeunes robustes du mid-ouest. Ils ramaient plus vite, nageaient plus vite, et couraient plus vite que tous les autres équipages. Les grands hommes des autres équipages se moquaient toujours des minuscules petites palmes que les monsquines mettaient sur leurs minuscules petits pieds avant chaque nage.

Mais d’une façon ou d’une autre, ces petits hommes qui venaient de tous les coins du monde étaient toujours les derniers à rire. Allant plus vite que tout le monde, et étant sur la plage avant tous les autres. L’entrainement Navy Seal était un super équaliseur, rien ne comptait à part votre volonté de réussir ; pas votre couleur, pas votre ethnicité, pas votre éducation, ni votre statut social. Donc, si vous voulez changer le monde, évaluez une personne par la taille de son cœur, pas par la taille de ses palmes. Du coup, personne n’a d’excuse, l’internet et l’évolution de la technologie nous met tous littéralement au même niveau. Donc, qui que vous soyez, ou que vous soyez, peu importe vos excuses, et en réalité il n’y a aucune. Vous avez tous la possibilité de faire tous ce que vous voulez, de lancer un business, ou de faire n’importe quoi, parce que vous avez accès à l’information gratuitement. Vous pouvez plus ou moins trouver tous sur internet gratuitement ; vous avez accès à toute la planète entière à travers les réseaux sociaux. Bref, vous n’avez tout simplement pas d’excuse.

4e Règle : PASSEZ AU DESSUS DU FAIT D’ETRE UN BISCUIT SUCRE

Plusieurs fois par semaine, les instructeurs alignaient les classes et faisaient une inspection des uniformes, c’était exceptionnellement minutieux. Votre chapeau devait être parfaitement posé, votre uniforme irréprochablement repassée, votre boucle de ceinture brillante et sans la moindre tache. Mais on aurait dit que peu importe le niveau d’effort effectué pour positionner votre chapeau, repasser votre uniforme, ou pour faire votre boucle à ceinture, ce n’était jamais assez bien. Les instructeurs allaient forcément trouver quelques choses qui n’allaient pas. Lorsqu’un élève échoue à l’inspection de l’uniforme, il devait courir habiller dans la zone de vague, ensuite se mouiller de la tête au pied, et se rouler dans le sable jusqu’à ce que chaque partie de son corps soit couvert de sable.

L’effet était connu sous le nom de « biscuit sucré ». On devait ensuite rester dans l’uniforme mouillé, froid, et plein de sable le reste de la journée. Il y avait juste beaucoup d’élevés qui ne pouvaient pas accepter que leur effort était en vain, et que peu importe à quel point ils faisaient tous leurs possibles pour que leurs uniformes soient parfait, leurs efforts restaient non apprécier. Ces élevés n’avaient pas compris le but de la manœuvre. Vous ne réussirez jamais, vous n’aurez jamais un uniforme parfait, les instructeurs n’allaient pas l’autorisé. Parfois, peu importe à quel point vous vous êtes préparé, ou à quel point vous avez performé, vous finirez quand même comme un biscuit sucré. C’est juste que la vie soit comme ça des fois. Donc si vous voulez changer le monde, passez au-dessus d’être un biscuit sucré, et continuez à aller de l’avant. Du coup, vous n’avez pas le choix, le monde est juste fait comme ça, et on y peut rien. La vie n’est pas faite pour être appréciable ; c’est la triste réalité.

5e Règle : N’AYEZ PAS PEUR DU CIRQUE

Dans cette cinquième partie William MCRaven nous raconte que, tous les jours pendant l’entrainement vous êtes challengé par des multiples challenges physiques. De longue course, de la nage, des courses d’obstacles, des heures de calitonix ; des choses faites pour tester votre mental. Tous les évènements avaient des standard de temps qui devaient être atteint ; si vous échouez par rapport à un standard, votre nom était ajouter à une liste. Et à la fin de la journée ceux qui étaient sur la liste étaient invité au cirque.

Le cirque, ça voulait dire 2 heures additionnelles de calitonix, créé pour vous détruire, détruire votre esprit pour vous forcer à abandonner. Personne ne voulait aller au cirque ; allez au cirque, ça voulait dire que vous n’avez pas été à la hauteur. Le cirque voulait dire plus de fatigue, et plus de fatigue voulait dire que le jour suivant allait être plus difficile. Et ça augmentait les probabilités de devoir retourner au cirque. Mais une chose intéressante est arrivée à ceux qui étaient constamment sur la liste. Avec le temps, les élèves qui faisaient 2 heures de plus de calitonix, devenaient plus fort, et plus fort. La souffrance du cirque construit de la force la intérieure, et de résistance physique. La vie est remplie de cirque, vous allez échouer, vous allez probablement échouer souvent. Ça sera douloureux, ça sera décourageant, à un certain moment ça vous testera en profondeur. Mais si vous voulez changer le monde, n’ayez pas peur du cirque.

6e Règle : LANCEZ-VOUS LA TETE LA PREMIERE

Ici il dit, qu’au minimum 3 fois par semaine les stagiaires devaient faire la course d’obstacle. La course d’obstacle contenait 25 obstacles en incluant un mur de 3 m, un filet de chargement de 10 m, et des files barbelés ; sur lesquels on devait ramper pour vous donner quelques exemples. L’obstacle le plus challengent était le plus pour la vie. Il y avait une tour de 3 étages qui faisait 10 m de haut d’un côté, et une tour à 1 étage de l’autre côté, et au milieu il y avait plus de 60 m de long. Il fallait grimper la tour à 3 étages, et une fois au sommet, attrapé la corde et passé sous la corde, pour vous tirer main après main ; jusqu’à ce que vous soyez arrivé de l’autre côté.

Le record pour cette course d’obstacle est resté imbattable pendant des années, ma classe avait commencé en 1957, et le record semblait imbattable. Jusqu’à ce jour, ou un élève décide de se lancer sur cet obstacle, la tête la première. Au lieu de se balancer au-dessous de la corde pour descendre, il est bravement monté sur la corde, et s’est poussé en avant. C’est un mouvement dangereux, en apparence stupide et énormément risqué. L’échec aurait vouloir dire blessure, et du coup être viré de l’entrainement. Mais sans la moindre, l’élève se glisse le long de la corde avec une rapidité périlleuse, au lieu de plusieurs minutes, il l’aura fallu que la moitié du temps, et arrivé à la fin de la course, il avait battu le record. Donc, si vous voulez changer le monde, des fois vous devez-vous lancer en bas l’obstacle la tête la première. Du coup, je vous conseille de prendre des risques, mais des risques calculés.

7e Règle : NE FUYEZ PAS LES REQUINS

Durant la phase de guerre terrestre de l’entrainement Navy Seal, les élèves sont envoyés sur l’ile de “Sacrementai”, qui se trouve au large des cotes de San Diego. Il s’avère que “Sacrementai” est l’un des endroits ou se reproduisent les requins blancs. Pour passer l’entrainement des Navy Seals, il y avait de longue nage à accomplir ; l’une d’entre elle est la nage du soir. Avant la nage les instructeurs briefent joyeusement tous les élèves, sur toutes les espèces de requins qui vivent dans les eaux de Sacrementai. Mais il vous assure cependant, qu’aucun n’élève n’a été mangé par un requin, du moins pas dans leur souvenir. Mais on vous apprend également, que si un requin commence à vous encercler, il faut défendre votre territoire, ne fuyez pas, n’agissez pas comme si vous aviez peur. Et si un requin veut un petit steak de minuit, et nage contre vous. Alors réunissez toutes vos forces, et frappez-le au museau, et il se retournera, et nagera dans l’autre direction. Il y a beaucoup de requin dans le monde, et si vous espérez finir votre nage il faudra faire avec. Donc, si vous voulez changer le monde, ne fuyez pas les requins.

8e Règle : SOYEZ LA MEILLEURE VERSION DE VOUS-MEME DANS LES MOMENTS LES PLUS SOMBRES

Entant que Navy Seal, une de nos taches étaient de mener des attaques sous-marines contre des transports maritimes ennemis. Nous avons énormément pratiqué cette stratégie pendant l’entrainement. La mission d’attaque des transports maritimes consiste, à avoir 2 plongeurs Navy Seals lassez dans le port ennemi, qui devront ensuite nager plus de 3 km sous l’eau. Avec rien d’autre qu’une jauge de profondeur et une boussole pour atteindre la cible. Pendant toute la nage bien en dessous de la surface, il y a un peu de lumière qui passe à travers. C’est réconfortant de savoir qu’il y a quelques choses en dessus de vous. Mais plus vous vous approchez du bateau, plus la lumière s’éteigne. La structure métallique du bateau bloque la lumière de la lune, et bloque les lumières des alentours, ça bloque toutes les lumières en berge.

Pour réussir votre mission, vous devez nager en dessous du bateau pour trouver la quille. La ligne centrale du bateau au niveau le plus profond, ceci est votre objectif. Mais la quille est aussi la partie la plus sombre du bateau, ou vous ne pouvez pas voir vos mains en face de votre visage. Ou le bruit de la machine du bateau vous assourdie, et il devient facile d’être désorienté, et vous pouvez échouer. Tous les Navy Seals savent qu’en dessous de la quille, au moment le plus sombre de la mission. Ce moment ou vous avez besoin d’être calme, ou vous devez être calme, ou vous devez être composé. Quand toutes vos compétences tactiques, vos forces physiques, et vos forces intérieures doivent être réunis. Donc, si vous voulez changer le monde, vous devez être la meilleure version de vous-même dans les moments les plus sombres.

9e Règle : COMMENCEZ A CHANTER QUAND LA BOUE VOUS ARRIVE JUSQU’AU COU

La neuvième semaine d’entrainement est appelée la semaine en enfer. Elle comprend 6 jours sans sommeil, et en étant constamment harcelé mentalement et physiquement, et une journée spéciale dans une brassière. La brassière se trouve entre San Diego et Tijuana, ou l’eau sévit dans les marécages de Tijuana. Un terrain marécageux ou vous serez englouti par la boue, c’est le mercredi de la semaine de l’enfer. Il fallait pagayer dans la boue, et passez 15 heures à essayer de survivre à ce froid glacial. De hurlement du vent, et la pression incessante d’abandonner que vous donnaient les instructeurs. Lorsque le soleil commençait à se coucher, ce mercredi soir ma classe avait commis d’énormes infractions aux règles, et était forcé à rester dans la boue. La boue avait engloutie tous les hommes jusqu’au point, ou la seule chose visible était leurs têtes. Les instructeurs nous on dit qu’on pouvait quitter la boue si 5 hommes abandonnaient, juste 5 hommes et on pouvait sortir de cette boue froide et oppressive.

En regardant un peu au tour de nous, c’était évident que certains élèves allaient abandonner. Il y avait encore 8 heures avant que le soleil ne se lève, 8 heures de plus avec les eaux glacées. Les dents claquantes et les gisements des stagiaires étaient tellement bruyants, qu’il était impossible d’entendre quoi que ce soit. Ensuite une voix à fait écho à travers la nuit, une voix s’est levée à travers une chanson. La chanson était terriblement désaccordée, mais chantée avec plein d’enthousiasme. La voix se transforme en 2 voix, et 2 en 3 ; et soudainement toutes les personnes de la classe chantaient. Les instructeurs nous menacèrent avec plus de temps dans la boue, si on continuait à chanter. Mais les chants persistaient, et d’une certaine façon la boue semblait plus chaude, et le vent un peu plus doux, et l’eau un peu moins loin.

Si j’ai appris quelques choses en voyageant dans le monde, c’est la force de l’espoir, la force d’une seule personne, un Washington, un Lincoln, King, Mandela, et même cette jeune fille du Pakistan Malala. Une personne peut changer le monde en donnant de l’espoir aux gens. Si vous voulez changer le monde, commencez à chanter quand la boue vous arrive jusqu’au cou. Du coup, il y a une citation de Sénèque qui dit « La vie ce n’est pas d’attendre que l’orage passe, mais c’est d’apprendre à danser sous la pluie »

10e Règle : NE SONNEZ JAMAIS LA CLOCHE

Pour finir, pendant l’entrainement des Navy Seals, il y avait une cloche. Une cloche en étain qui était accrochée au milieu du terrain pour que tous les élèves la voient. Tout ce que vous aviez à faire pour abandonner, c’était de sonner la cloche. Sonnez la cloche et vous n’avez plus besoin de vous lever à 5 heureuses du matin, sonnez la cloche et vous n’avez plus besoin d’être dans ce froid glacial. Sonnez la cloche et vous n’avez plus à faire ces parcours d’obstacle et ses entrainements physiques, et vous n’avez plus à durer la difficulté de ces entrainements. Tout ce que vous avez à faire, c’est de sonner la cloche pour sortir. Si vous voulez changer le monde, ne sonnez jamais, jamais la cloche.

UN DERNIER MOT POUR CHANGER LE MONDE

change the world !

Cette classe de 2014, vous êtes sur le point d’être diplômé, sur le point de commencer votre aventure à travers la vie, sur le point de changer le monde pour le meilleur. Ça ne sera pas facile, mais vous êtes la classe de 2014, cette classe qui peut changer la vie de 800 millions de personnes pendant les siècles à venir. Commencez chaque journée avec une tache terminée, trouvez quelqu’un pour vous aider dans la vie, respectez tout le monde. Sachez que la vie n’est pas juste et que vous échouerez souvent. Mais si vous prenez des risques, continuez à aller de l’avant quand vous êtes le meilleur. Faites face aux intimidateurs, et soutenez les opprimés, et n’abandonnez jamais. Si vous faites ces choses, la prochaine génération et la génération suivante vivront dans un monde bien meilleur que celui que nous avons aujourd’hui. Et ce qui aura commencé ici, aura en effet changé le monde pour le meilleur. Merci beaucoup

Quelle a été votre règle favorite ? J’ai beaucoup peiné à écrire cet article, mais je serai ravi de vous lire en commentaire.

Share Button
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *