Posted on Laisser un commentaire

GANG DE PARIS

Aujourd’hui sur le blog, nous vous partageons Gang de Paris, une marque française de textile créée à partir de la passion de son fondateur, Jérémy, pour l’histoire de Paris. Publié sur le blog Shopify. Temps de lecture, 12 minutes.

Dans cette interview, Jérémy nous raconte comment il a utilisé son enthousiasme et ses connaissances pour créer un univers très singulier. Il nous présente aussi son modèle de dropshipping à la française qui lui permet de limiter sa prise de risque financière et son passage de PrestaShop à Shopify qui lui a facilité la tâche.

C’est la deuxième marque de vêtements que lance Jérémy Tessier. Il travaille seul sur cette marque en plein essor et il le fait donc à temps plein. Il s’entoure de photographes, graphistes et freelance pour certaines parties de la créa.

Gang de Paris en quelques dates clés

2016 : Création de la marque Gang de Paris / Entrée chez Colette
2017 : Pop-up stores au Bon Marché et aux Galeries Lafayette
Novembre 2017 : Migration de PrestaShop à Shopify
Mai/juin 2018 : Visites guidées dans Montmartre sur les gangs parisiens
2019 : Lancement du nouveau site et de la saison 2 / Présence au BHV

Comment présentez-vous la marque Gang de Paris ?

Gang de Paris est une marque de vêtements concept qui raconte des histoires, construite autour de 3 valeurs : la liberté, l’indépendance et l’amitié. La Saison 1 nous plonge dans l’univers des premiers gangs parisiens. Gang de Paris vous fait plonger dans un univers que j’ai voulu hyper cohérent. C’est une marque avec du fond, de la consistance et pas une simple stratégie marketing dans le sens où elle est issue d’une véritable passion.

Si je devais résumer les ingrédients qui caractérisent Gang de Paris je dirais que :

  • les histoires y ont une place centrale et comme dans une série, la marque vous invite à découvrir des épisodes
  • l’esthétique et l’identité
  • les valeurs de la marque
Gang-de-Paris-tee-shirts

Lecture conseillée : Comment construire une histoire de marque forte avec le storytelling : leçons d’experts

Comment a démarré Gang de Paris ?

À l’origine, j’avais une autre marque de vêtements, qui s’appelait La Dix-Neuvième Planque, et je devais sortir une collection sur les anciens gangs parisiens sous cette marque. En travaillant sur cette nouvelle collection, je me suis rendu compte que ce n’était plus clair, on ne comprenait pas le concept. Je suis donc reparti de zéro et j’ai créé une nouvelle marque, Gang de Paris, avec pour concept de raconter l’histoire des premiers gangs parisiens des années 1900-1910.

C’est original ce concept autour des gangs de la Belle Époque. Comment vous êtes-vous intéressé à ce sujet au départ  ?

Je suis passionné par l’histoire de Paris et je suis tombé par hasard sur l’histoire des Apaches, ces voyous parisiens qui semaient la zizanie dans la capitale. J’ai commencé à lire tout ce qui était disponible sur leur histoire. Ce qui m’a intéressé, c’est leur recherche de la liberté. Ces jeunes qui ne voulaient pas aller à l’usine, qui créaient leurs propres jobs pour s’en sortir. Il y a tout un univers, tout un argot, autour de ces gangs, qui est super passionnant.

Et je me suis dit qu’il y avait même un parallèle à faire avec la jeunesse d’aujourd’hui et le sentiment que peuvent avoir les jeunes – ou moins jeunes d’ailleurs – à chercher un sens à leur vie. C’est cet esprit-là qui m’a plu.

J’adore aussi l’argot de l’époque, le vieux français qui est assez cool.

Gang-de-Paris-univers

Gang de Paris fonctionne par « saisons » comme dans les séries. Pouvez-vous nous en dire plus sur la saison 1 ?

La Saison 1 raconte l’histoire de ces Apaches, chaque épisode raconte l’histoire d’un gang, et chaque gang a sa collection capsule, composée d’un sweat brodé, d’un t-shirt brodé et d’un t-shirt avec une illustration. Il y a au total 8 épisodes : Les Loups de la Butte pour Montmartre, les Costauds de la Villette, Les Marlous de Belleville, Les Monte-en-l’air des Batignolles, Les Mohicans de Montpar, Les Voyous de la Rue de Lappe, Les Gars d’Charonne et Les Tatoués d’Ivry.

« L’idée c’est d’essayer de vendre autrement en étant un peu moins frontal et en jouant plus sur les histoires et les émotions. »

Donc tout part de la création d’un univers ?

Absolument. L’idée, c’est d’essayer de créer des choses uniques et de raconter des histoires. Il y a des produits et des informations en abondance, il faut réussir à se démarquer d’une manière.

Je cherche à vendre autrement en étant moins frontal et en jouant plus sur les histoires et les émotions.

Pour chacun des épisodes on partage des anecdotes, des vieilles photos, des mots d’argot. L’objectif est de construire un univers et d’intéresser les gens.

Est-ce qu’il y a eu des moments difficiles  ?

Il y a toujours des moments compliqués, des moments de doute. C’est un peu les montagnes russes. Par exemple, un retard de livraison de 2-3 mois qui décale tout, des retards de paiement.

Je fais aussi très attention à avoir le moins de coûts fixes possible. C’est un modèle que j’essaie de mettre en place pour ne pas me retrouver le couteau sous la gorge et devoir fermer si ça se passe mal.

Il s’agit de trouver un juste milieu : ne pas trop faire la fête quand il y a des trucs cools et ne pas sombrer quand il y a des trucs moins cools. 

Gang-de-Paris-sweat-brodé

« Toute la production est structurée autour de l’idée de limiter les coûts fixes au maximum. »

Pouvez-vous nous parler de ce mode de fonctionnement ? Ça concerne la production notamment, j’imagine ?

Toute la production est structurée autour de l’idée de limiter les coûts fixes au maximum et donc d’éviter le sur-stockage et la surproduction.

Pour cela, on fonctionne avec deux modèles : l’édition limitée et le dropshipping.

Il y a une partie que je fais en édition limitée de 100 exemplaires numérotés (tout ce qui est brodé) qui est produite au Portugal.

Et l’autre partie (tout ce qui est imprimé avec les dessins) ça, c’est en impression à la demande. J’utilise des tee-shirts vierges labellisés bio de bonne qualité. Dès que mon imprimeur reçoit une commande, il prend la base vierge, il l’imprime et l’envoie directement au client.

Gang-de-Paris-edition-limitee

Vous utilisez une appli pour ça  ?

Non, c’est un imprimeur avec lequel je travaille depuis quelques années et maintenant comme je commence à faire du volume, on fonctionne en dropshipping et ça se passe bien. C’est vraiment un partenaire fort et l’idée c’est de continuer à fonctionner comme ça, une partie édition limitée et une partie impression à la demande.

Mon imprimeur est basé à Paris ce qui me permet de passer à son atelier une fois par semaine pour aller chercher du stock ou réaliser des prototypes.

C’est intéressant d’ailleurs parce que quand on parle dropshipping en général les gens en France, ils s’imaginent que c’est des trucs qui viennent de Chine.  Mais il y aussi du dropshipping à la française.

« Quand on parle dropshipping, en général les gens en France s’imaginent que c’est des trucs qui viennent de Chine. Mais il y aussi du dropshipping à la française. »

Ah le dropshipping à la française, c’est intéressant !

Il y a beaucoup d’articles sur le sujet du dropshipping et je n’ai pas de problème avec l’idée d’acheter des produits en Chine pour les revendre en France à condition qu’ils soient introuvables ici.

L’autre problème du dropshipping chinois c’est que le système va atteindre sa limite.

Ensuite le dropshipping à la française c’est un état d’esprit : ne pas produire en quantité et de vraiment sélectionner ses produits. Je ne vois pas l’intérêt de produire n’importe quoi pour faire des soldes six mois après.

Pour résumer, les avantages du dropshipping à la française sont :

  • la logistique facilitée
  • un relationnel fort avec le fournisseur
  • faire le choix de produits de qualité
  • peu d’avance de trésorerie
  • la capacité à fonctionner avec peu de budget
  • et le « made in France » (pour le dessin et l’impression en ce qui nous concerne)
Gang-de-Paris-migration

« PrestaShop, c’est quand même une belle usine à gaz. Pour changer un mot sur la page d’accueil, je mettais trois quarts d’heure. »

Je voulais qu’on aborde votre migration vers Shopify, car vous étiez sur PrestaShop avant, c’est ça  ?

Oui exactement. Pour ma première marque j’étais sur PrestaShop Cloud mais c’était quand même une belle usine à gaz en termes d’ergonomie, de design…pour changer un mot sur la page d’accueil je mettais trois quarts d’heure !

Et il y avait beaucoup de fonctionnalités qui ne m’étaient pas utiles, beaucoup de menus, d’options superflues pour une marque qui débute.

Je perdais vraiment beaucoup trop de temps dessus ; temps que je n’employais pas à faire mon marketing par exemple.

Un jour, j’ai assisté à une conférence dans laquelle un intervenant utilisait Shopify et son témoignage m’a convaincu d’essayer. Le lendemain j’installais Shopify, j’ai bénéficié de l’essai gratuit pendant 14 jours et voilà. Ça fait un an. Je l’ai lancé en novembre dernier, je peux dire que ça m’a pas mal facilité la tâche !

« Je voulais que Gang de Paris soit au contact des gens dans leur vie de tous les jours. »

Share Button
Posted on Laisser un commentaire

TROIS (3) STRATÉGIES EFFICACES POUR TROUVER UNE IDÉE DE BUSINESS RENTABLE

Tout commence par une idée !

Depuis longtemps, vous voulez lancer un business, que ça soit sur internet ou physiquement, mais vous peiner à avoir une idée d’entreprise viable qui serait susceptible de marcher. Dans cet article nous vous dévoilerons trois (3) stratégies efficaces afin de trouver une idée de business viable et rentable.

Avoir une idée de business rentable ne nécessite toutefois pas de se creuser la cervelle jusqu’en profondeur ; puisse que parfois l’idée d’un business est plus proche de vous et à porter de main que vous ne le croyez pourtant.  Pour la petite histoire : « les baguettes chinoises ont été inventées par le premier empereur de la chine, Yu Le Grand selon une légende. Redoutant un éventuel assassinat, il interdit couteaux et fourchettes. Trop impatient de manger un plat mijotant très chaud, il arracha un jour deux branchettes d’un arbre, qu’il utilisa comme une pince.  Aujourd’hui en Chine quelques 80 milliards de paires de baguettes jetables sont produites chaque année par des entreprises du secteur de la sylviculture ».

En effet, toute idée d’entreprise vient souvent suite à la recherche d’une solution à un problème. Du coup ce n’est pas si difficile de trouver une idée susceptible de fonctionner ; en regardant tout autour de vous, vous verrez qu’il y a des problèmes parfois insignifiants sous vos yeux auxquelles, en réfléchissant vous parviendrez à trouver surement une solution. C’est ainsi que jaillissent toutes idées d’entreprise, mêmes les plus folles. Concrètement en voulant apporter des solutions idoines aux maux ou aux contraintes, généralement sociaux ou même personnels des fois, vous vous ferre certainement une idée d’une entreprise viable ; d’une part pour résoudre ce problème, d’autre part pour créer de l’emploi et de la richesse pour vous-même, et pour les autres.

Stratégie 1 : Votre idée est superbe, mais a-t-elle une place sur le marché ?

Trouver une bonne idée ne suffit pas, vous l’aurez remarqué, par conséquent il faudra que votre idée géniale puisse se faire une place sur le marché, et c’est ça le plus important.

 Beaucoup d’entrepreneurs tombent dans ce piège. En effet après avoir lancé votre business vous vous rendez compte que votre produit ou service ne rencontre pas un écho favorable sur le marché dans lequel vous évoluez (auprès de vos potentiels clients). Puisse qu’il ne répond pas à un réel besoin. Ainsi je vous conseille avant de vous lancer sur le marché de faire une étude sérieuse  pour voir si votre produit à sa place ou pas. Vous pouvez réaliser cette étude vous-même si vous le voulez, ou le confier à une agence d’étude de marché, à mon avis la première hypothèse vous conviendra beaucoup mieux si vous avez un budget limité, afin de ne pas vous ruiner seulement à cette étape de lancement de votre business. Votre produit ou service doit répondre à un problème ou au moins à une préoccupation, même si c’est à une très faible échelle, il doit en quelque sorte rendre la vie de vos possibles clients plus faciles.

Stratégie 2 : Trouver un secteur qui vous passionne et valider le

Créer et lancer une entreprise demande un sacré effort. Ainsi en voulant devenir entrepreneur, vous choisissez par la même occasion de vous engager pleinement dans votre projet, ceci va de sa réussite. Vous y passerez tout votre temps alors il est indispensable de choisir un domaine qui vous tient à cœur ; est probablement la bonne option. Votre passion sera votre meilleur guide. Puisse que, ne nous voilons pas la face, il y aura forcément beaucoup d’obstacles que vous devrez surmonter par la suite, alors sans une bonne dose de courage et de persévérance vous serrez tenter de sauter du navire en pleine mer. Du coup facilitez-vous un peu la tache  en choisissant un domaine qui vous intéresse réellement. Ne cherchez pas à créer impérativement une entreprise parce les autres l’ont créée mais plutôt à créer une entreprise qui vous ressemble.

Stratégie 3 : Partager votre idée

Eh oui vous devez partager cette idée géniale qui  à jaillit de votre esprit !

C’est assez difficile à concevoir mais partager votre idée avec d’autres personnes est indispensable. Bizarrement beaucoup de gens me disent, particulièrement des amis, ne pas vouloir partager leur idée par peur de se la faire piquée. Vous pouvez évidemment  être tenté de tout garder pour vous dans un premier temps mais en réalité ceci n’est pas forcément un bon calcul. Bien sûr il ne s’agit pas de partager votre idée avec le premier venu mais plutôt avec vos proches, votre famille, avec des amis à qui vous pouvez faire confiance. S’il vous arrivait de partager votre idée avec quelqu’un dont vous n’avez pas confiance, faite lui signer une convention de confidentialité. En réalité vous avez besoin d’autres avis pour tirer tout le potentiel de votre idée, sans ça vous irez droit au mur.

De ce fait, vous pourrez repérer les lacunes de votre projet et ce que vous pouvez améliorer. En travaillant tout seul sur un projet, il est difficile de prendre le recul nécessaire sur son idée. Dans votre tête, l’idée peut paraitre brillante mais vous semblera nettement moins porteuse une fois que vous l’exposez tangiblement devant un « public ». Du coup n’hésitez pas à les faire intervenir un maximum, en leur demandant s’ils achèteraient vos produits, ce qu’ils changeraient. C’est ce retour qui va vous permettre de mieux régler votre « boussole » et vous permettre d’affiner votre idée.

Conclusion :

En fin, vous l’auriez compris « pas d’idée, pas d’entreprise » !

S’engager avec une idée incertaine n’a rien d’héroïque. L’on ne saurait trop vous conseiller de suivre ces quelques règles avant de démarrer l’aventure. Ne laissez pas votre enthousiasme obscurcir votre vision et vous mener tout droit à l’échec avec une idée tordue.

Brainstorming
Share Button
Posted on Laisser un commentaire

L’entrepreneuriat comme style de vie : Rencontre avec Gauis, jeune entrepreneur béninois

En début 2017, lors de ma formation au programme Business & Entrepreneurship du Centre Régional de Leadership, YALI-DAKAR. Labà j’ai fais la connaissance d’un jeune entrepreneur béninois du nom de Dona Gauis Zougnon, fondateur d’une petite unité de production de savon thérapeutique à base du moringa principalement. Passionné par son savon, qui d’ailleurs avait eu un petit succès sur place au sein des participants, puisse qu’il avait apporter avec lui quelques petit morceaux de ce savon en guise d’échantillons que quelques un avait partager entre eux. Le succès fut flamboyant jusqu’à amené la création d’un petit groupe parmi les participants au programme dénommé “Team Moringa”.

LES RETROUVAILLES :

Juste deux (2) ans après le YALI-DAKAR, me voilà en séjour en ce début janvier 2019 dans son pays le Bénin au moment même ou je rédige cet article , précisément dans la capitale politique Cotonou. Dès mon arrivé j’ai pris contact avec ce vieux camarade, avec lequel j’ai lié amitié et fraternité depuis notre séparation du YALI ; je crois bien que c’est l’un de ses objectifs, créer un réseau à vie pour tous ses Alumni. Ainsi, un jour, dans l’après midi, il est venu me prendre à moto dans mon lieu de résidence dans un quartier chic de Cotonou.

EN ROUTE POUR EKPE :

Nous nous sommes mis sur la route de l’arrondissement de Ekpè dans la périphérie de Cotonou à moins 3 kilomètres de la ville, où se trouve l’unité de production du savon thérapeutique à base du moringa. Arrivé sur place dans une grande cour de 100m2 au moins, se trouvait dès à l’entrée une unité qui existait depuis 20 ans d’après lui même, de production de jus d’ananas, de tamarin, et de mangue, qui appartient à sa tante, là où lui même travaillait jadis en tant  que contrôleur de qualité avant de créer sa propre unité de production de savon.            

Unité de production du jus d’ananas

L’UNITÉ DE PRODUCTION :

Après dix (10) minutes de séance vidéo dans laquelle j’interviewais l’entrepreneur que vous aurez l’occasion de regarder dans ce billet. Et après une dégustation du jus d’ananas produit sur place. Nous nous sommes dirigés vers l’unité de production du fameux savon thérapeutique à base du moringa ;qui se trouvait isolée au fond de la cour totalement à l’abri des regards.

Une fois à intérieure de cet atelier où ce savon est conçu de A à Z ; le fondateur ma dit de couper ma camera pour préserver son secret professionnel, injonction à laquelle je me plié bien-sur. A l’intérieur, on pouvait apercevoir sur les murs “TEAM MORINGA” et ou “L’AVENIR DE L’AFRIQUE EST DANS LE SAVON”. Il ma confié la manière dont ce savon thérapeutique moringa est fabrique de l’état liquide jusqu’à son emballage.

En fin il ma aussi avoué qu’il fabrique d’autres savons ordinaires pour la lessive et autres utilisations ; mais celui à base du moringa reste son produit phare.

En savoir plus sur le personnage : www.amansi.net

Interview réalisée par moi même : Modibo Kane , CEO Sagato

si vous avez aimer cet article laisser nous un commentaire !

Share Button
Posted on Laisser un commentaire

8 signes qui montrent que vous êtes pas prêt à lancer votre propre entreprise

  • Tout le monde n’est pas fait pour monter son entreprise, et ce n’est pas grave.
  • Nous ne sommes pas tous dotés d’un esprit entrepreneurial, et certains signes montrent que vous n’êtes pas faits pour créer une entreprise, selon la co-fondatrice de l’Uptima Business Bootcamp, Rani Langer-Croager.
  • Vous devez particulièrement faire attention à certains problèmes pratiques, comme vos finances.

Malgré la frénésie autour de l’entreprenariat issue de la Silicon Valley, tout le monde n’est pas doté des qualités pour lancer une entreprise, et ce n’est pas grave.

“Lancer et faire grandir une entreprise requiert beaucoup d’énergie. C’est un pari très risqué”, a dit à Business Insider Rani Langer-Croager, co-fondatrice de l’Uptima Business Bootcamp.

Il n’y a aucune honte si vous vous sentez mieux en tant qu’employé — tout le monde ne possède pas cet esprit entrepreneurial. Même si vous développez certaines caractéristiques entrepreneuriales, votre entreprise va avoir besoin d’être quelque chose que “vous ne pouvez pas ne pas faire”, selon Rani Langer-Croager.

De l’appétence pour le risque à la gestion de ses finances personnelles, Langer-Croager a partagé les huit signes qui, selon elle, montrent que vous devriez garder votre emploi, en tout cas pour le moment.

1. Vous avez un faible appétit pour le risque 

C’est la dure réalité de la création d’entreprise: environ 70% des startups n’existent plus après 10 ans, selon le site Fundera.

Même si votre produit ou votre service est génial, vous pourrez vous heurter à un tas de difficultés, comme par exemple manquer de ressources ou encore voir votre activité s’essouffler. Afin d’affronter ce risque, “chaque entrepreneur doit se fixer un échéancier” afin d’anticiper le moment où l’entreprise sera à même de faire du profit — et payer un salaire à son fondateur.

Cet échéancier devrait être “lié à leur propre bien-être financier” dit Langer-Croager. En d’autres termes, déterminez combien de temps vous pouvez vous permettre de laisser votre entreprise se développer et grandir sans en profiter financièrement, tout en sachant qu’il y a une chance que votre startup ne fasse jamais aucun profit. Elle ajoute qu’adopter cette stratégie “rend la gestion du risque un peu plus facile”.

2. Vous avez un ‘esprit de manque’

“Les personnes avec un esprit de manque pensent qu’il n’y a pas assez d’opportunités ou de ressources disponibles pour elles”, dit Langer-Croager. Ceci peut conduire à un sentiment de désespoir qui peut lui vous menez à emprunter des routes qui vont influer négativement votre entreprise, plutôt que de l’ouvrir à de meilleurs opportunités. “C’est un écueil dans lequel tombent également des entrepreneurs aguerris”, ajoute Langer-Croager.

“Travailler sur votre rapport à l’argent et savoir que cette relation est potentiellement profondément enracinée” peut être nécessaire afin de lever cet obstacle qui vous empêche de devenir votre propre chef.

3. Vous avez besoin de faire du profit rapidement

Le site Small Business Trends a rapporté que seulement 40% des startups font réellement du profit et 82% des pertes des petites entreprises sont liées à des problèmes de trésorerie.

Langer-Croager explique: “Cela peut vous prendre des années avant que votre entreprise fasse suffisamment de profit pour que vous puissiez vous payer un salaire décent. Si vous essayez de faire rentrer de l’argent rapidement, vous allez mettre énormément de pression sur l’entreprise et cela ne lui permettra pas de grossir de la meilleure des manièress.”

4. Vous avez du mal avec les chiffres

Il est crucial pour un entrepreneur de comprendre les finances de son entreprise, selon Langer Croager. Si vous ne gardez pas un oeil sur vos dépenses, vous pourriez ne plus savoir comment ajuster votre plan, en vous basant sur votre performance actuelle et non votre performance prévue.

“Lorsque vous ne travaillez pas sur  votre situation financière, cela peut vous inciter à prendre des décisions portée sur vos émotions plutôt que sur la raison.” Et cela pourrait mener à la catastrophe pour votre startup.

5. Vous n’avez pas de business plan

Une étude par panel des dynamiques entrepreneuriales de l’Université du Michigan défend l’idée qu’un bon business plan va augmenter les chances de survie de votre startup.

“Je vous encourage, si vous créez votre entreprise, à faire une étude de marché et créer un plan”, dit Langer-Croager. Même si vous avez déjà commencé à créer votre entreprise, il n’est jamais trop tard pour imaginer un plan qui vous donnera la feuille de route sur laquelle vous reposer pour arriver à vos objectifs et rester fidèle à votre mission.

6. Vous n’avez pas testé votre idée sur le marché

Une enquête CB Insight sur les “échecs de startups” a découvert que la première raison de la cessation d’une startup est avoir un produit qui n’a pas de marché.

“Vous pouvez passer énormément de temps, dépenser beaucoup d’argent et d’efforts à vouloir créer quelque chose d’inadapté au marché”, dit Langer-Croager. Soyez bien sûr d’avoir effectué une étude de marché avant de vous engager dans la création de votre entreprise.

Cela veut dire faire une enquête afin de faire un essai avant la commercialisation d’un prototype, mais aussi, pourquoi pas, demander de l’aider à un mentor qui a de l’expérience dans votre secteur.

7. Vous êtes réfractaire à l’idée de vendre votre idée

Si vous connaissez des entrepreneurs, vous les avez probablement entendus se plaindre à propos du marketing — une des tâches les moins appréciées par les patrons de petites entreprises.

“Créer une entreprise est quelque chose de personnel, vous y donnez de votre personne”, quand vous devez vous vendre, explique Langer-Croager. Si vous ne pouvez pas surpasser votre peur d’être observé et devenir le porte-parole de votre entreprise, l’entrepreneuriat n’est probablement pas fait pour vous.

8. Vos “Bootstraps” sont trop courts

“A un moment donné, pour faire croître votre entreprise, vous aurez besoin d’embaucher, afin de déléguer les activités qui vous font perdre du temps”, explique Langer-Croager.

Trop de “Bootstrapping” (fonder et diriger une entreprise avec un faible capital personnel) peut freiner la croissance de votre entreprise en ne lui allouant pas les ressources dont elle a besoin lors d’un passage à vide, c’est-à-dire au moment où vous devez employer.

Mais contracter un prêt d’entreprise pourrait vous rendre susceptible d’avoir des dettes que vous devrez payer pendant des années si votre entreprise échoue.

La question qui persiste est donc : à quel point êtes vous prêt à prendre des risques ?

Share Button
Posted on Laisser un commentaire

Le Savon Thérapeutique Moringa

Le savon thérapeutique Étincelle + Misiblo, est fait à base du Moringa Oleifera, de plantes médicinales et aromatiques notamment, le citron, l’essence de fleurs etc. Elle procure à votre peau douceur, fraîcheur, bonheur, et une sensation de bien être. Riche de ses vertus médicinales, ce savon, essentiellement à base du moringa lutte contre les affections de la peau (boutons, taches, acnés, démangeaisons, eczéma, vergetures, cicatrices, allergies, rougeurs, éruptions cutanées). il est aussi hydratant, adoucissant, et rafraîchie le teint, tonifie, en donnant un éclat à votre peau.

En plus de ces vertus, ce savon contribue efficacement dans la lutte contre le paludisme, la croissance des cheveux; il diminue la fièvre et la fatigue.

Fabriqué au Bénin par GISAT-SEPTAGONE

Share Button
Posted on Laisser un commentaire

Bonne Année 2019

“Chers clients,
Je tiens à vous remercier de la confiance dont vous m’honorez. Je vous adresse tous mes voeux de bonheur pour cette nouvelle année. Que 2019 vous apporte du bonheur et du succès dans vos projets.

“Que cette nouvelle année voie s’accomplir vos rêves et réussir vos projets.”

“Que l’année 2019 vous apporte le bonheur et la réussite, le succès dans vos projets et l’accomplissement de vos rêves.”

“Pour cette année 2019, je vous souhaite de vibrer pour des projets enthousiasmants et de les voir couronnés de succès !”

“Prospérité, réussite, bonheur : mes collaborateurs unissent leur voix à la mienne pour vous souhaiter une excellente année.”

Modibo Kane
CEO Sagato

Share Button